galerie 🇩đŸ‡ș Darwin 🇩đŸ‡ș

Pas le temps + pas le courage + pas internet = un mois et demi de retard.

DĂ©solĂ©e donc pour le dĂ©lai, et c’est en fait un peu bizarre pour moi de repenser au climat de Darwin assise prĂšs d’un poĂȘle !

Car en arrivant lĂ  bas, la chaleur et l’humiditĂ© Ă©taient intenables. 32°C la journĂ©e, encore 25°C Ă  2h du matin, 80% d’humiditĂ©, impossible de dormir dans la voiture. MĂȘme le linge posĂ© en plein soleil ne sĂ©chait pas !

Merci donc Audrey (entre autres pour ça) de m’y avoir rejoint, ça m’a permis d’avoir un lit, pour la premiĂšre fois depuis que j’avais quittĂ© Adelaide !

Darwin est la capitale du Territoire du Nord. Grand territoire trĂšs trĂšs peu peuplĂ©, et capitale minuscule. Ce n’est pas une ville dont on se rappelle pour son ambiance clean et chaleureuse


Comme dans chaque capitale, une rue piĂ©tonne traverse le centre. On y trouve un monument commĂ©morant les morts de l’attaque de Darwin lors de la DeuxiĂšme Guerre Mondiale, clichĂ© qui montre bien Ă  quel point l’Australie est traumatisĂ©e par cette guerre et la prĂ©cĂ©dente. Partout autour de Darwin, on trouve d’anciennes pistes d’atterrissage ayant servi notamment de dĂ©fense lors des bombardements de 1942, lorsque la ville a Ă©tĂ© dĂ©truite par le Japon. Ce jour-lĂ , l’Australie a perdu
 236 soldats et civils ! Je ne dis pas que leurs vies ne comptaient pas, mais vu avec des yeux europĂ©ens, ce genre de « traumatisme » paraĂźt complĂštement dĂ©mesurĂ© et ridicule comparĂ© Ă  ce qu’il se passait en Europe au mĂȘme moment. Entre les deux, il y a un monde. Petite parenthĂšse, si on dessinait la section DeuxiĂšme Guerre Mondiale du magnifique MusĂ©e de la Guerre de Canberra sur une feuille A4, la partie « consacrĂ©e » Ă  l’holocauste tiendrait sur un timbre Marianne.

Fermons la parenthĂšse, la ville s’est reconstruite et certains habitants sont revenus. Les quartiers sont plutĂŽt rĂ©sidentiels et on ne perçoit pas d’ambition Ă©conomique dĂ©mesurĂ©e de la part de Darwin. Il y a juste ce dont les gens ont besoin, ce qui en fait devrait ĂȘtre le cas partout…

PremiĂšre chose que j’ai cherchĂ©e en arrivant ? Une piscine. DeuxiĂšme chose ? De l’eau. TroisiĂšme chose ? Bon ok, ça peut durer longtemps comme ça, mais je voulais quand mĂȘme finir par voir les jardins botaniques.

Petits, comme la ville ; beaux, comme des jardins botaniques australiens. PeuplĂ©s d’oiseaux et de baobabs, ainsi que d’un potager et de quelques bancs plus jolis et originaux les uns que les autres.

Mais la beautĂ© de Darwin ne se trouve pas en ville. Elle se trouve plus loin, dans les parcs nationaux qui l’entourent. Premier arrĂȘt, Litchfield National Park.

Une journĂ©e Ă  contempler des termitiĂšres gĂ©antes, se baigner dans une des nombreuses piscines naturelles au pied d’une cascade, et aller chercher des glaces en hĂ©licoptĂšre. Quoi ?! Explications ci-dessous.

Le parc est couvert de forĂȘts plus ou moins parsemĂ©es, riche en cours d’eau et a suffisamment de relief pour former pas mal de cascades. Et souvent, Ă  l’endroit oĂč l’eau tombe se trouve une sorte de bassin.

On avait plus ou moins dĂ©cidĂ© de se baigner sous la derniĂšre cascade, car avec la chaleur il nous fallait d’abord une glace. Mais en arrivant devant le cafĂ© fermĂ©, un pilote d’hĂ©licoptĂšre faisant des vols en journĂ©e au dessus du parc nous a proposĂ© de nous dĂ©poser (gratuitement) au camping un peu plus loin, car ils y vendaient des glaces, et il y allait pour garer son hĂ©lico pour la nuit ! Non, je n’invente rien. Il nous a mĂȘme ramenĂ©es en voiture. Je ne sais pas pour toi Audrey, mais encore maintenant j’ai du mal Ă  le croire.

DeuxiĂšme arrĂȘt, Kakadu National Park.

Ici nous avons survĂ©cu Ă  l’attaque de moustiques la plus dĂ©lirante de tous les temps. Une minute de silence pour le litre de sang que nous avons perdu.




Autre genre d’attaque, en nous baignant dans une autre piscine naturelle (beaucoup moins belle d’ailleurs), mes orteils ont Ă©tĂ© mordillĂ©s deux fois par un animal indĂ©terminĂ©. AprĂšs une grosse rĂ©flexion, et ayant analysĂ© la forme et la puissance de la morsure, je pense pouvoir estimer que peut-ĂȘtre, Ă©ventuellement, je me suis fait mordre par un bĂ©bĂ© croco. Ce qui n’est peut-ĂȘtre pas le cas, mais je vais considĂ©rer que c’est la bonne hypothĂšse car c’est super cool de penser que je me suis fait mordre par un crocodile australien et que j’ai survĂ©cu ! Ce n’est pas le cas de tout le monde.

En tout cas, mĂȘme si lui n’en Ă©tait pas un, on en a vu des gros, puissants, adultes, magnifiques. AprĂšs des annĂ©es Ă  Ă©tudier les animaux et Ă  voir les rĂ©actions des gens, je suis convaincue qu’on n’a peur que de ce qu’on ne connaĂźt pas. Donc inutile de dire « Berk, un crocodile ! C’est moche, mĂ©chant, tu ne sais jamais ce qu’il pense et c’est flippant ». Je rĂ©pondrais « Tu t’es vu aujourd’hui ? » et « Apprends et ensuite tu pourras juger. ».

Mais je reconnais qu’on Ă©tait quand mĂȘme un peu prĂšs. Quand je revois les images, je me rappelle avoir dit « Bon, quand elle dĂ©passe du cadre de l’appareil, c’est qu’elle est trop proche. ». Si vous regardez les photos, vous verrez qu’elle ne rentre plus tout Ă  fait dans le cadre… Je dis « elle » parce qu’il y avait ici une Ă©norme femelle, et un mĂąle tournait dans le coin en disparaissant rĂ©guliĂšrement sous la surface de l’eau. Ce sont des animaux vraiment impressionnants, surtout quand on se dit qu’on Ă©tait en prĂ©sence de dinosaures !

Leurs ancĂȘtres ont probablement vu les aborigĂšnes peindre les dessins sur les rochers d’Ubirr qui ont, entre autres, valu l’inscription du parc national au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

A venir, mon retour vers le Sud, et ma traversée du désert.

Suite au prochain Ă©pisode.

7 commentaires

  1. Encore un beau rĂ©cit ! Tu as Ă©tĂ© déçue par Darwin cette ville peu dĂ©veloppĂ©e par rapport aux autres capitales australiennes , c’est peut-ĂȘtre en raison de son climat et de sa situation .
    Cependant tu as su trouver des endroits magnifiques ! Cependant ces belles piscines naturelles ne me semblent pas trop accueillantes avec tous ces crocodiles !
    Je pense que vous avez apprécié les glaces aprÚs votre tour en hélicoptÚre ! Quel gentil pilote ! ( il a eu droit à une glace payée par ses 2 passagÚres ? )
    Les termitiĂšres sont gigantesques , les autochtones ne servent pas de la terre des termitiĂšres comme engrais ?
    Le dragon d’eau ressemble Ă  nos petites rapiettes !!!
    Merci Sophie et Ă  bientĂŽt pour un autre article .
    Bisous

    J'aime

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s